La nuit où j'ai vu ma belle-mère se masturber

450_804e845b4e53af5ba06d49f55e5bc120.jpg


Nerveux comme l'enfer et avec trois heures de retard, mes sandales ont glissé de mes pieds à la porte d'entrée dans l'obscurité, avec seulement le clair de lune de la fenêtre sur la moitié supérieure de la contre-porte pour que je puisse voir quoi que ce soit.
 
Mes mains ont fait claquer légèrement la grande porte. "Merde, cette bimbo à la grande gueule a intérêt à ne pas se réveiller", ai-je chuchoté en me frappant la hanche.
 
J'ai commencé à marcher et j'ai entendu des gémissements me parvenir aux oreilles depuis un endroit non déclaré.
 
"Putain, c'est quoi ce bordel ?" J'ai chuchoté, en jetant un coup d'oeil dans le couloir et en découvrant que le salon était encore éclairé. "Putain, elle est toujours réveillée pour me faire chier ?" Je me suis demandé.
 
Je me suis dirigé calmement dans le couloir vers le salon. Je suis arrivé à l'entrée du salon, qui fait 2 mètres sur 2, et je l'ai découverte là, sur le canapé, nue, avec le plafonnier allumé. Ses gros seins, ses cheveux blonds, son ventre plat, sa chatte rasée, ainsi que le reste de son front, étaient à la vue de tous.
 
Ma main gauche m'a immédiatement recouvert la bouche. "Putain oui, la salope chaude se masturbe. Je savais que cette salope qui me poignardait dans le dos avait un côté pervers et sexy", dis-je, me cachant rapidement juste derrière le mur avec juste ma tête qui pointait vers elle.
 
Avec l'eau à la bouche, je l'ai vue frotter le clitoris au ralenti. Ma main gauche s'est retrouvée sur mon sein droit et je l'ai caressé.
 
Puis ses doigts sont entrés dans sa chatte alors qu'elle fermait les yeux. "Oui, fais-moi jouir sur tout ton visage", chuchota-t-elle.
 
Ma langue a frotté sur mes lèvres tandis que mon autre main se dirigeait progressivement vers mon entrejambe. "Putain de merde, Michelle, tu es magnifique. Qui imagines-tu en train de te dévorer ?"
 
Mes lèvres se sont séparées pour un grand sourire, de sorte que mes dents et ma langue étaient visibles tandis que mon autre main frottait ma chatte et que la sueur croissait mes sourcils.
 
"Oh," gémis-je, alors que je commençais à avoir des spasmes.
 
J'ai vu ses doigts se lancer dans une aventure de poussée dans sa chatte alors que ma paume gauche montait sur mon front et que je sentais un pouls rapide. Ma main droite a plongé dans mon short blanc, s'est enfoncée dans ma culotte rose et a gratté ma fente.
 
Mon jus de dame m'a trempé la main. Ma tête est retournée derrière le mur, mes yeux se sont fermés et le souvenir de la première fois où je l'ai désirée m'est venu à l'esprit.
 
Le jour de mes dix-huit ans, je l'ai aperçue dans son soutien-gorge et sa culotte. Elle se tenait dans sa chambre et regardait les robes alors que je passais par là, juste au retour d'une fête vers une heure du matin.
 
"Whoa, c'est un spectacle à voir", chuchotais-je, m'arrêtant dans le couloir et mes yeux se sont mis à voir son derrière avec sa porte ouverte alors qu'elle portait un ensemble soutien-gorge et string noir assorti. "Tu attends juste que je revienne ?" lui demandai-je, en m'installant pour la regarder.
 
Elle ne savait pas que j'arrivais tranquillement avec de la luxure dans les yeux. Ma main est entrée dans ma culotte verte en soie quand son soutien-gorge s'est détaché. Mes doigts se sont glissés facilement dans ma chatte mouillée et ont commencé à s'enfoncer. Heureusement, j'ai réussi à garder mes cheveux bruns et ma petite silhouette hors de vue en me cachant derrière le mur.
 
Mes yeux étaient collés à son cul parfait alors que la moitié était couverte. "Wow, pour un stupide clochard, tu fais tourner mon moteur", lui dis-je en penchant légèrement la tête vers le bas.
 
Aucun mot n'est jamais sorti de sa bouche, mais son corps parfait a fait toute la conversation.
 
Entendant des battements de coeur dans mes oreilles, j'ai chuchoté "S'il vous plaît, ne me remarquez pas, je veux juste continuer à vous regarder".
 
Mes doigts frottaient ma fente avec des mouvements rapides d'avant en arrière. Puis elle s'est dirigée vers le miroir en tenant deux robes et un jus de dame s'est échappé de ma cerise.
 
"Putain, je ne peux toujours pas voir ces seins", murmurai-je, tremblant alors que mes yeux se fermèrent.
 
Le plaisir d'avoir mon jus de dame coulant le long de mes jambes s'est lancé et ma tête a regardé en bas pour le voir.
 
"Putain", dis-je en glissant la main hors de ma culotte. "Je ne peux pas croire que je suis attiré par elle."
 
Puis j'ai marché jusqu'à ma chambre. Comme c'était un mois plus tard, je me suis retrouvé à me cacher à nouveau pour l'espionner. Mais cette fois, on voyait plus de peau et elle faisait quelque chose de beaucoup plus divertissant.
 
Au bout d'une minute, complètement caché derrière le mur, ma tête est ressortie. "Oh, prends cette chatte, Michelle et laisse-moi voir que tu contamines le tapis", ai-je chuchoté.
 
Puis son autre main a recouvert ses yeux et cela a provoqué un sourire mielleux sur mon visage.
 
Mon pied gauche s'est déplacé vers l'avant, ce qui m'a fait légèrement sortir de ma cachette. "Bon sang, se rapprocher serait trop risqué. Elle me botterait le cul et je serais foutu", ai-je chuchoté.
 
"Oui, oui, oui ! Oh, putain !" Elle a crié, en poussant ses doigts de plus en plus vite et en bougeant. "Je vais t'éclabousser le visage, Ashley !"
 
Ma bouche s'est ouverte aussi loin qu'elle le pouvait.
 
"Oui, elle se masturbe en pensant à moi. Je dois la regarder de plus près", ai-je chuchoté, en sortant de ma cachette et ma langue est revenue sur mes lèvres. "Merde, tu me fais la cour maintenant", murmurai-je.
 
Je me suis approché d'elle et elle semblait devenir plus belle. Alors que mon corps tout entier était à découvert, un ruisseau s'est formé.
 
"Merde", ai-je dit en fermant les yeux une seconde.
 
Ses yeux se sont ouverts et elle m'a vu alors que je me tenais à environ sept pieds de là.
 
"Ashley, tu es là", dit-elle, en continuant à appuyer sur ses doigts et à faire bouger son visage vers l'horloge. "J'ai cru que tu ne rentrerais jamais à la maison, tu devais rentrer il y a trois heures", a-t-elle mentionné, me faisant face.
 
J'ai déplacé mes yeux vers le sien, la main toujours hors de vue. Mon excitation était écrasée par la peur qu'elle parle à mon père.
 
"Je suis désolée d'être encore en retard, Michelle. S'il te plaît, ne le dis pas à mon père, je ferai n'importe quoi."
 
Elle a jeté un regard sur mon corps de la tête aux pieds et a fini par conclure à nouveau à mes yeux.
 
"Viens ici", me dit-elle en se léchant les lèvres et en se frottant la chatte. "Je sais que tu veux me regarder de plus près, voyeur."
 
Je me suis approché d'elle, mais je me suis figé à un mètre de distance. "Pourquoi devrais-je te faire confiance ? Tu m'as déjà induit en erreur", lui demandai-je.
 
"Assieds-toi avec moi et ne sois pas nerveux", dit-elle en levant les yeux au ciel.
 
Puis je me suis assis juste à côté d'elle, mais mon visage s'est détourné d'elle.
 
"S'il te plaît, ne le dis pas à mon père. Il m'a dit que si j'étais encore aussi en retard, je le regretterais", ai-je dit, alors que des larmes coulaient sur mes joues et que mes mains couvraient mon visage. "Promets-moi juste que tu ne lui diras pas."
 
Sa main droite a atterri sur ma jambe gauche. "Je jure que je ne le ferai pas, maintenant on peut peut-être s'amuser un peu avec ton père hors de la maison", a-t-elle mentionné.
 
Ses deux mains ont saisi mes poignets et m'ont arraché les mains du visage.
 
"Ashley", dit-elle, en se penchant vers moi. "N'aie pas peur, cède à tes désirs et donne un baiser à ta belle-mère."
 
"Non", lui ai-je dit, en lui lançant un regard méchant. "Tu es ma belle-mère."
 
"Pense à nous comme des petites amies qui s'entraînent l'une sur l'autre, c'est tout", a-t-elle mentionné, en se penchant plus près de moi. "Je sais que tu as aimé ce que tu as vu quand tu as atteint le sommet ici."
 
"Ok", lui dis-je, en me mordant la lèvre inférieure.
 
Nos lèvres se sont rapprochées de façon nonchalante. Nous nous sommes embrassés pendant environ une minute, avant que mes mains ne lui gratifient les joues tandis que mon ventre et mon dos recevaient la visite des siens.
 
Je me suis penché en arrière et elle est venue avec moi. Je lui ai dit : "Tu es une salope folle".
 
"Je sais, Ashley."
 
Du jus de chatte a commencé à s'écouler de ma cerise alors que sa main droite se dirigeait progressivement vers mon sein gauche. Elle l'a muselé paresseusement et sa langue est entrée dans ma bouche.
 
Puis son autre main s'est posée sur mon autre sein, mais mes lèvres se sont séparées des siennes quelques secondes plus tard.
 
"C'est trop bizarre, Michelle", lui dis-je en secouant la tête.
 
"Si tu ne voulais pas vraiment de moi, tu ne m'aurais pas espionnée. Tu te serais précipitée dans ta chambre et tu ne serais pas restée là à te masturber. Maintenant, faisons durer ce baiser et peut-être que tu te sentiras plus à l'aise avec moi", a-t-elle expliqué, en frottant ma jambe droite.
 
Nous nous sommes à nouveau embrassés et nous nous sommes embrassés pendant trois minutes, les yeux fermés. Elle m'a glacé les seins pendant tout ce temps et au fur et à mesure que le temps passait, nos lèvres et nos mains devenaient plus physiques. Puis ses lèvres se sont séparées des miennes.
 
"Attrape mes seins", m'a-t-elle ordonné, en me regardant avec les yeux ouverts à environ un mètre de distance.
 
J'ai scanné ses seins, j'ai adoré la vue, mais ils sont restés intacts.
 
"Absolument pas, te masturber et t'embrasser, ce n'est pas encore franchir la ligne, mais moi, te peloter, c'est bien plus que ça", lui dis-je en montrant un visage un peu dégoûté.
 
"Ne sois pas réticente, Ashley. Mets juste de côté ta méfiance et ton raisonnement et laisse-toi aller. Je te promets que tu ne le regretteras pas."
 
Mes mains ont glissé de ses joues et sont tombées sur ses seins. Ils étaient moelleux, chauds, mouillés et avaient aussi des tétons de bonne taille. Je sentais mes artères pomper du sang bouillant dans tout mon corps.
 
Mes yeux se sont enfoncés dans ses seins couverts de mains. "Je ne sais pas pourquoi vous tirez mes ficelles aussi loin, mais vous êtes une poupée sexy et excentrique", ai-je dit, avec mes mains qui caressaient aussi ses seins.
 
"Ashley", dit-elle en me regardant. "Embrasse-moi encore une fois, je n'ai pas fini de tirer les ficelles."
 
Nos lèvres sont revenues l'une vers l'autre et ses mains ont glissé jusqu'au bas de mon haut rose. Elle l'a soulevé juste au-dessus de mes seins car je ne portais pas de soutien-gorge. Avec la température un peu froide à l'intérieur, mes tétons étaient pointus et je frissonnais. Puis mes petits seins nus ont rencontré la sensation de ses paumes lisses et étouffantes.
 
"Tu me fais aimer ton côté pervers, Michelle. Je te désirais avant, mais je n'aurais jamais pensé que cela arriverait", ai-je mentionné, pendant que nous nous embrassions.
 
"Je sais, mais je ne voulais pas t'effrayer. Je ne suis qu'une femme qui veut faire l'amour à sa belle-fille", m'a-t-elle également dit pendant que nous nous embrassions.
 
Pendant la durée de notre séance d'embrassade, elle a lâché mon haut et nous nous sommes toutes les deux mises à genoux.
 
"Je veux voir mon éblouissante belle-fille", m'a-t-elle dit, mettant brusquement fin à notre séance d'embrassade.
 
"Non, je ne vais pas coucher avec toi, Michelle. Je t'ai embrassée et j'ai senti tes seins, mais c'est tout. Je ne suis pas lesbienne et tu es mariée à mon père", ai-je précisé, en reculant les genoux et en mettant les mains sur mes seins
 
Sa main droite est venue sur ma joue. "Aw, n'êtes-vous pas réticent, mais gentil. Je suis sérieux, Ashley, laisse-toi aller et engage toi dans tes désirs. La morale vous empêche seulement d'avoir ce que vous voulez."
 
"Ok, Michelle", ai-je dit, en versant une seule larme.
 
Ses mains sont tombées sur ma chemise, mes bras se sont levés, et elle me l'a enlevée.
 
"Couche-toi pour moi, Ashley."
 
Je me suis allongé sur le canapé, elle a profité de la vue pendant une minute et puis son visage s'est approché de ma poitrine. Ses lèvres ont commencé à m'embrasser entre les seins.
 
"Ça me chatouille", j'ai ri en me trémoussant.
 
Puis elle est allée jusqu'à mon cou. "Une peau si douce", a-t-elle dit, en m'embrassant sur le haut du cou. "C'est digne d'une jeune femme ravissante", m'a-t-elle dit, en me bécotant à nouveau.
 
Elle est retournée sur mon ventre, laissant une autre épreuve d'empreintes de baisers. Ma main gauche s'est aventurée dans ma culotte et a senti ma fente humide. Ma main droite a volé jusqu'à mon cou, l'a frotté jusqu'à mon ventre et a senti toute la sueur dessus avec un soupçon de salive alors qu'elle continuait à m'embrasser sur le ventre.
 
"Ça chatouille encore", ai-je ri, avec un léger tremblement de mon corps.
 
Sa langue s'est retrouvée en queue de poisson juste sous mon mamelon droit. "Je veux que tu te sentes mieux qu'une toute nouvelle femme, Ashley", a-t-elle mentionné, en donnant à mon mamelon un seul long coup de langue.
 
Mon corps tout entier se mit à vibrer lorsque l'arrière de sa tête reçut la visite de mes mains. Puis sa langue est revenue au fond de mon mamelon et s'est mise à le lécher rapidement et fréquemment.
 
Les yeux l'un sur l'autre, j'ai gémi : "Oh, oui, fais ce que tu veux avec mes tétons".
 
Ses mains ont flotté jusqu'au fond de mes seins et les ont légèrement relevés alors que sa langue restait sur mon téton droit. Ma tête s'est penchée en arrière et mes mains ont saisi des mèches de ses cheveux. J'ai tiré légèrement sur eux alors qu'une respiration étonnamment profonde était prise.
 
Des gouttes de sueur coulaient sur mon front tandis que mon corps se solidifiait. J'ai laissé échapper un souffle géant alors qu'elle passait à mon autre téton. Elle a pris le tout dans sa bouche et l'a sucé.
 
"Oui, Michelle, c'est là que ça se passe", lui dis-je en inspirant profondément.
 
"Oui, libère ton côté pervers, Ashley, et laisse-toi aimer ça."
 
La salive a glissé de mon mamelon et est descendue dans mon estomac. Puis une de ses mains s'est glissée dans mon short. Elle a glissé dans ma culotte et toute sa paume s'est glissée sur ma chatte.
 
"Crache plus de jus de femme pour moi", gémit-elle, en le faisant gicler.
 
Puis mes bras se sont tendus et ont tué le fossé qui nous séparait. J'ai senti son cœur battre assez fort en sentant son dos et ses bras mouillés.
 
"Michelle", gémis-je, en rapprochant nos têtes. "Je t'aime."
 
Sa main est restée dans ma culotte alors qu'une autre séance d'embrassade a commencé, les yeux fermés. Mes mains ont rampé sur son joli visage et ma langue a fait le petit voyage jusque dans sa bouche.
 
En riant légèrement, elle a dit. "Tu apprends, mon apprentie sexy."
 
Je lui ai massé les joues lisses comme si ce n'était pas une fossette, un défaut ou autre chose qui la défigurait. J'ai tremblé un peu quand ma chatte mouillée a senti la présence de ses doigts monter à l'intérieur.
 
"Je t'aime aussi, Ashley", m'a-t-elle dit en me poussant les doigts. "Malgré ce que tu penses de moi, tu es une femme très spéciale pour moi. J'ai toujours aimé plus qu'une belle-fille."
 
Ses doigts se sont enfoncés dans ma chatte aussi profondément qu'elle le pouvait. J'ai retenu mon souffle tout le temps pendant qu'elle me regardait d'un air renfrogné. Mon corps tremblait et m'empêchait de la regarder. Elle a retiré sa main de ma culotte et elle a fait un bond vers ma bouche.
 
"Goûte le jus de ta chatte, tu vas adorer qu'il s'écoule de mes doigts", m'a-t-elle ordonné.
 
Mes lèvres se sont écartées, ses doigts sont entrés et j'ai tout sucé sur ses doigts.
 
"Oh, merde, c'est bon", gémis-je, en penchant ma tête en arrière.
 
"Lave-moi les doigts de tout ce jus." Elle me l'a ordonné, en les faisant bouger dans ma bouche. "Et savoure-le."
 
Mes lèvres glissaient sur ses doigts et ma langue les polissait complètement. Elle a pris une autre grande respiration en me souriant avec convoitise. Mes doigts de la main gauche sont tombés vers son entrejambe et se sont dirigés vers sa chatte dégoulinante. Tout d'abord, j'ai senti son humidité du bout des doigts, ce qui m'a valu un petit sourire sur le visage.
 
"Quand la nuit sera finie, nous serons plus proches que jamais", dit-elle, en glissant son autre main sur la mienne et en faisant sentir sa chatte à toute ma paume. "Et tu n'auras pas les nerfs à vif, juste chaud et excité."
 
Mon sourire s'est allongé.
 
"C'est un sourire sexy, Ashley."
 
"Je sais." J'ai mentionné, en continuant à frotter sa fente. "J'apprends des meilleurs."
 
Alors que son sperme coulait de ma main, elle l'a relâché. Il est remonté jusqu'à sa bouche et ses lèvres se sont ouvertes. Mes doigts s'y sont réfugiés, sa langue a massé chacun d'eux petit à petit et en a retiré tout le jus.
 
"Oh," gémis-je, la chair de poule apparaissant sur tout mon corps.
 
Ses mains se sont approchées de mon bras, l'ont tiré et m'ont arraché les doigts de sa chatte. Elle m'a tiré vers elle et m'a embrassé à nouveau pendant dix secondes, alors que nos seins se heurtaient. Ses jambes se sont pliées vers le canapé et elle m'a emmené avec elle. D'un geste délicat, ses doigts ont été expulsés de ma bouche et mon dos s'est cambré.
 
"Es-tu à l'aise maintenant ?" me demanda-t-elle.
 
"Oui." Je lui ai répondu en me mordant la lèvre. "Je le suis, Michelle."
 
Ses mains ont dérivé jusqu'au haut de mon short et elle me les a arrachées.
 
"Elle a craqué, en regardant le string rose que je portais quand elle a fait tomber mon short. "Ce n'est pas mon string ?"
 
Mes yeux se sont promenés. "Je l'ai peut-être emprunté, parce que je sais combien tu l'aimes", lui dis-je en la regardant.
 
"Tu as de la chance que je t'aime, Ashley", a-t-elle dit en s'agrippant aux bretelles.
 
Elle l'a fait glisser sur mes jambes maigres et l'a jeté par terre. Ses yeux ont fixé ma jolie chatte et elle l'a imbibée de salive.
 
Ses doigts ont rampé jusqu'aux lèvres de ma chatte et les ont caressées. "Tu as une petite chatte si douce. Juste comme je les aime", m'a-t-elle dit.
 
Une petite série de battements de coeur de marteau-piqueur s'est produite alors que ses yeux venaient vers moi. L'amour et la luxure se sont transportés entre nous et mes habitudes respiratoires ont explosé. Ses doigts se sont insérés dans mon castor et ils ont commencé un petit exercice de poussée. Le jus de la fente a glissé sur sa main.
 
"Non, on ne devrait pas faire ça, Michelle. Arrête ça", lui dis-je en montrant un air dégoûté.
 
J'ai sauté du canapé et j'ai reculé de quelques mètres, les mains en l'air.
 
"Qu'est-ce qu'il y a, Ashley ? Je pensais que nous étions à l'aise l'un avec l'autre. On apprend à se connaître beaucoup plus intimement."
 
"Non, non. On se sent peut-être bien physiquement, mais émotionnellement, on se déchire", j'ai pleuré.
 
Elle s'est levée, s'est approchée de moi et a enroulé ses bras autour de moi. "Ne t'inquiète pas, Ashley. Nous nous faisons juste du bien", m'a-t-elle dit.
 
Elle m'a laissé partir et a reculé de sorte que nos visages n'étaient plus qu'à un mètre. Mon visage s'est légèrement affaissé avec un sourire et je l'ai relevé une minute plus tard.
 
"Je ne te ferai pas faire ce que tu ne veux pas faire", a-t-elle dit, en se penchant vers l'avant. "Je te le promets, je sais juste que tu le veux au fond de toi."
 
Elle m'a embrassé et a mis ses mains sur mes fesses.
 
Après s'être séparée de ses lèvres, elle m'a souri. "Tu connais les bons boutons à pousser", lui ai-je dit.
 
"Je sais", dit-elle en me ramenant sur le canapé. "Je suis une salope diabolique, tu le sais aussi."
 
Je me suis allongé avec plus de confiance et nos yeux sont restés sur l'autre. Elle s'est assise juste à côté de moi et s'est penchée vers ma chatte.
 
"Je peux te toucher encore une fois, Ashley ? J'adore ta chatte bien foutue."
 
Ma tête a secoué oui et ses lèvres ont fait le voyage jusqu'à la mienne pendant quelques secondes avant que ses doigts ne se glissent dans ma chatte.
 
"Tu ne perds pas de temps", ai-je dit en transpirant mon cul.
 
"Alors, ça te plaît ?" me demanda-t-elle, en poussant ses doigts à toute allure. "Je veux te faire plaisir jusqu'à ce que tu jouisses. Peut-être qu'alors toute la haine et la méfiance s'estompera."
 
"Putain, je déteste l'admettre, mais ça marche", lui dis-je, les mains jointes au front.
 
Une jeune femme vibrante était dans sa ligne de mire, sa tête s'est penchée vers moi alors que sa main augmentait la vitesse. Mon dos s'est cambré et ses doigts ont maintenu leur position.
 
Ma tête est tombée sur ses melons. "Si doux, si lisse et si grésillant aussi." Je gémissais, me frottant la tête sur eux.
 
Son autre main s'est envolée vers l'arrière de ma tête. "Cache ta tête entre mes nichons, Ashley, et colle ta langue dans la fente."
 
Son souhait a été exaucé et mes bras se sont enroulés autour d'elle. Une prise follement serrée a été effectuée, mais ses doigts faisaient toujours leur magie.
 
"Oui, oui, oui, ça fait du bien !" J'ai crié en fermant les yeux, la bouche s'est ouverte et des larmes ont commencé à couler de mes canaux lacrymaux.
 
"Vas-tu jouir pour moi, Ashley, et montrer ton affection pour ta nouvelle attraction ?"
 
"Oui, continuez !" J'ai crié.
 
Je l'ai embrassée entre ses gros seins plusieurs fois quand mon front est entré en contact avec le haut de sa poitrine.
 
"J'ai toujours eu un truc spécial pour toi et maintenant tu fais de mon fantasme une réalité", gémissait-elle, les doigts s'enfonçant jusqu'à la cerise.
 
J'ai ouvert les yeux et ma tête s'est élevée jusqu'à la sienne.
 
"Michelle, je jouis !" J'ai crié, sentant ma silhouette se figer alors que mon bas-ventre et mon dos ressentaient d'horribles douleurs.
 
Le sperme est sorti de ma chatte et s'est répandu sur sa main et son canapé.
 
"Putain, Ashley, c'était quand la dernière fois que tu t'es masturbée ?"
 
Je suis resté immobile pendant quelques minutes encore, car ma respiration était limitée.
 
"Merde, j'ai l'impression que ma circulation sanguine s'est complètement arrêtée, mais ma chatte est toute chaude", ai-je mentionné.
 
Elle a ri et a essuyé la sueur de ma tête.
 
"C'était incroyable, ça a dépassé toutes mes expériences lesbiennes passées", a-t-elle avoué, en s'allongeant avec moi.
 
Nous nous sommes détendues pendant quelques minutes, car une séance de relaxation s'imposait. Ses bras s'enroulaient autour de moi aussi, une main sur ma tête et elle reposait sur ses seins.
 
"Je me sens beaucoup mieux", lui ai-je dit, ayant du mal à rester éveillée.
 
"Bien, moi aussi", dit-elle en m'embrassant sur le dessus de la tête.
 
Un sourire m'a envahi alors que je sentais ma chatte s'enflammer, mais au bout de dix minutes, mes bras l'ont libérée et mon corps s'est penché sur elle.
 
"Putain !" J'ai crié en sautant du canapé et en m'éloignant de lui de quelques mètres.
 
J'ai fait des allers et retours à grande vitesse et ma main droite s'est aussi jetée à ma bouche.
 
"Merde !" J'ai crié, en versant des larmes et en tapant du pied. "Je n'arrive pas à croire que je viens de faire ça avec la femme de mon père ! Tu es la femme que je déteste depuis trois ans maintenant. Comment ai-je pu céder à la luxure ?"
 
"Et alors, putain ? Tu n'es que ma belle-fille et tu peux définitivement supporter ma compagnie maintenant. Tu as au moins reconnu ta luxure et en plus, je peux baiser qui je veux, Ashley."
 
Je me suis arrêté sur mes traces et mes yeux se sont posés sur son visage qui avait des sourcils levés. "Non, tu ne peux pas faire ça. Tu l'as épousé et tu as fait des voeux. Tu ne peux pas juste tricher", lui rappelai-je.
 
"Ashley", me dit-elle, en se levant et en se promenant vers moi. "Je sais ce que je lui ai dit, mais je te veux toujours et nous savons tous les deux que tu me veux aussi. Pour la toute première fois, tu m'as dit que tu m'aimais. Ce que nous venons de faire était une chose merveilleuse et je sais que tu l'as aimée, même si c'était moralement mal et que tu ne m'aimais pas".
 
Elle s'est penchée vers moi, nos lèvres se sont rapprochées et d'autres larmes ont coulé de mes yeux alors que mes mains se posaient sur son dos.
 
Nous nous sommes embrassés pendant environ une minute, jusqu'à ce que mes lèvres soient extraites de la séance de pelotage. "Tu ne vas pas en parler à mon père, n'est-ce pas ?" Je me suis demandé.
 
"Ashley." Elle a parlé, en me faisant un sourire. "Est-ce que les mots "je t'aime" signifient quelque chose pour toi ?"
 
"Je suppose", lui ai-je répondu, en lui faisant un signe de tête.
 
"Reviens sur le canapé avec moi", m'a-t-elle dit, en me prenant la main. "Je veux m'amuser encore plus avec toi, même si tu penses que je suis une vraie salope", m'a-t-elle fait savoir en me raccompagnant sur le canapé.
 
Nous sommes toutes les deux remontées dessus, je me suis allongée devant elle pendant que ses yeux faisaient le tour de mon corps. Finalement, elle s'est arrêtée sur ma chatte.
 
"Ne t'inquiète pas, Ashley", a-t-elle dit, en se penchant vers mon castor. "J'irai doucement avec toi."
 
Ses mains ont atterri sur mes cuisses et ses lèvres douces se sont posées sur mes lèvres de chatte. Une seule empreinte de baiser a été laissée, puis ses yeux sont revenus sur les miens. Aucune parole n'a été prononcée, mais ses lèvres se sont envolées vers mon nombril et ont embrassé le chemin du retour vers ma fente. Elle m'a embrassé plusieurs fois tout autour.
 
"Ashley", dit-elle en se retournant vers moi. "Tu es la belle-fille la plus sexy du monde et j'ai l'intention de prouver à quel point tu comptes pour moi. Même si cela signifie rompre mes voeux de mariage."
 
Sa tête est retombée sur ma chatte et sa langue est entrée à un faible degré. Mes poumons se sont remplis d'air très rapidement.
 
"Oh, c'est ça", murmurai-je, les mains migrantes vers sa tête. "S'il vous plaît, ne me taquinez pas", dis-je en expirant.
 
"N'importe quoi pour la belle-fille la plus sexy du monde", me fit-elle savoir.
 
Sa langue a commencé à bouger de haut en bas alors que nos yeux restaient ensemble. Un sourire éclatant lui a été lancé au visage et son emprise sur moi s'est renforcée à mesure que sa langue s'enfonçait un peu plus.
 
"Utilise cette langue lisse et réalise ton fantasme malade et tordu, Michelle. Juste comme ça, sans aller trop vite ou trop lentement."
 
J'admirais ses compétences, même si je ne voyais que sa tête bouger. Son toucher était indéniablement superbe, car elle savait exactement comment me faire plaisir. Mes pieds bougeaient d'avant en arrière lorsque je souffrais d'un essoufflement.
 
Mon dos s'est légèrement cambré. "Amuse-toi bien avec ta belle-fille et fais en sorte qu'elle t'aime encore plus", lui dis-je, les mains plongeant dans ses cheveux.
 
Aucune pause n'a été prise et ses doigts se sont également invités dans ma chatte. Ils se sont efforcés de s'enfoncer et ont commencé à avancer là-dedans alors que sa langue ne bougeait plus non plus. Mon corps a commencé à bouger, mais cela n'a pas réussi à la distraire.
 
"Une blonde si brillante et si sereine", ai-je mentionné, en fouillant dans ses cheveux.
 
Je suis retombé sur le dos et la balade a été agréable. Mes yeux se sont promenés et ont fait le tour du plafond et des murs.
 
"Peut-être que vous n'êtes pas une femme dérangée", ai-je laissé échapper, alors que mon cœur mûrissait. "Tu n'es qu'une fille excitée qui espère me mettre au lit."
 
Elle a grimpé sur moi. "Tu t'es vue nue ? Qui ne voudrait pas d'un morceau de toi ? Tu es absolument séduisante", dit-elle, juste avant de m'embrasser à nouveau.
 
Ses mains ont trouvé leur chemin sous moi et sont sorties de part et d'autre. Mes mains ont voyagé sur ses fesses et ont senti à quel point elles étaient lisses. Mes paumes l'effleuraient tandis que nos lèvres continuaient à bouger. Puis ses lèvres se sont détachées des miennes et sont descendues jusqu'à mon cou.
 
Elle m'a embrassé plusieurs fois sur le cou et sur la poitrine. Alors qu'elle était occupée, mon dos s'est légèrement penché et ma main droite s'est tendue vers sa chatte. Mes doigts sont entrés en contact avec elle et ils ont été trempés en un instant. J'ai commencé à caresser ses lèvres mouillées en bas.
 
Sa tête s'est légèrement relevée. "Je savais que tu me voulais, Ashley. Peut-être dans un sens amour/haine, mais c'est vrai", m'a-t-elle dit en me souriant. "Fais-moi confiance et ton plaisir dépassera tes rêves les plus fous."
 
"D'accord", je me suis laissé aller, en expirant profondément. "Mais j'ai toujours peur."
 
Puis elle s'est mise à genoux devant moi sans m'arracher les doigts. Le bout de ses doigts est venu sur ma cerise mouillée et l'a pétrie. Nos yeux ont repris le contact et mes doigts ont effleuré sa fente en un mouvement rapide.
 
"Oui, enlève ta belle-mère, Ashley, et lave toute cette haine."
 
"Je suis venue pour toi, alors maintenant tu vas jouir pour moi, tu veux dire pute fougueuse."
 
"Je suis si contente qu'on puisse rattraper le temps perdu entre la belle-mère et la fille", dit-elle en riant.
 
Mes doigts ont atteint l'intérieur de sa chatte et sa main libre est venue vers la mienne.
 
Elle m'a tiré vers le haut avec elle et m'a tenu avec elle. "Je t'aime pour tout ce que tu es, Ashley : têtue, naïve, garce, mais incroyablement belle et aimable", chuchota-t-elle en posant son menton sur mon épaule.
 
J'ai penché la tête en arrière et mes mains se sont transformées en poings.
 
"Éjacule sur ma main et ça restera dans notre mémoire pour toujours, Michelle."
 
Après quelques minutes supplémentaires à se faire plaisir, j'ai senti une larme couler sur mon épaule.
 
"Tu pleures, Michelle ?"
 
"Je suis tellement heureuse en ce moment. Alors jouis pour moi."
 
Nos doigts ont fait le plus grand plongeon dans les cerises de l'autre, alors nos doigts ont été avalés. On s'est serré l'un contre l'autre et ses seins ont écrasé les miens.
 
"Tes seins sont petits, mais je les aime toujours aussi", a-t-elle dit en regardant en bas.
 
Un baiser a été présenté à son épaule gauche, suivi d'un petit gloussement.
 
"Putain !" crions-nous tous les deux, alors que nous nous éclaboussions tous les deux les mains et le canapé.
 
Nous avons maintenu nos positions pendant un moment alors que nous étions penchés l'un sur l'autre. Ma main a paresseusement glissé de sa cerise et mes bras l'ont entourée. Sa main a également bougé de ma chatte et nous nous sommes tous les deux effondrés sur le canapé. Elle s'est installée sur moi car mes nerfs avaient besoin de se calmer.
 
"Tu es une jeune femme fougueuse", m'a-t-elle dit, en regardant mes jambes et en ramenant son visage vers les miennes. "Qu'y a-t-il à ne pas aimer ?"
 
Ses lèvres sont revenues vers les miennes, puis nous nous sommes blotties ensemble pendant quelques minutes, la tête reposant sur ses seins. Sa main droite a atterri sur ma tête et l'autre a trouvé sa place sur ma hanche droite. Nous nous sommes juste tenus en silence pendant une dizaine de minutes.
 
"Je suis désolé, je n'ai jamais voulu que tu me détestes. Ton père m'a fait comprendre dès le début que tu aimais avoir des ennuis. Je suppose que je voulais te garder à terre et ne pas te laisser faire quelque chose qui amènerait ton père à te mettre dehors. Ton dossier avec lui est définitivement foutu", a-t-elle expliqué.
 
Ma main s'est penchée et m'a tapé sur le genou.
 
"Tu pourrais dire ça", ai-je dit en la regardant. "Peut-être que maintenant, on peut ressusciter notre relation."
 
"Je suis d'accord", m'a-t-elle dit, en grimpant et en s'asseyant sur le canapé. "Il est temps pour toi de lui rendre la pareille. Nous sommes tous les deux convaincus que tu le veux, mais ne t'inquiète pas de le faire parfaitement. Je n'étais pas parfait non plus la première fois".
 
Un sourire géant s'est lancé de mon visage alors que je me positionnais sur mes genoux. J'ai fixé mes doigts de la main droite dans sa fente, je me suis penché vers elle, mais je me suis arrêté à environ 15 cm de distance.
 
"N'ayez pas peur, c'est juste une chatte mouillée, elle ne mordra pas", m'a-t-elle dit.
 
J'ai juste regardé fixement, en essayant d'entrer, mais je n'y arrivais pas.
 
"Ne me dis pas que tu penses aux raisons morales, Ashley."
 
"Je n'ai jamais mangé de chatte avant, et si je ne peux pas te satisfaire ?" Je me suis demandé, en la regardant.
 
"Oh, ne t'inquiète pas chérie, tu ne me décevras pas. Il s'agit de tes désirs. Essaie juste de faire un effort", m'a-t-elle suggéré.
 
"Rien ne va plus", lui dis-je, les sourcils levés.
 
Je me suis injecté la langue et les doigts en profondeur.
 
"Oui !" cria-t-elle.
 
Ses mains ont glissé jusqu'à l'arrière de ma tête. Mes doigts ont commencé à entrer et sortir de sa chatte tandis que ma langue se mettait à bouger aussi. Je montais et descendais comme elle l'avait fait avec moi. Mes seuls désirs étaient de la faire se sentir bien et qu'elle m'éclabousse le visage.
 
Mon autre main a atterri sur sa cuisse droite et ses mains ont fouillé dans mes cheveux brun foncé mi-longs, les laissant glisser entre ses doigts.
 
"Oui, ma chérie, juste comme ça", gémit-elle en vibrant.
 
J'ai sorti mes doigts et les ai amenés à l'intérieur de ma bouche. Le jus de sa chatte a été aspiré par mes lèvres et ma langue, ne laissant que de la salive.
 
J'ai dit : "Gentil et doux", en retirant mes doigts de ma bouche.
 
Puis mon visage est redescendu sur sa chatte trempée. J'ai commencé à lui lécher le clitoris et son corps s'est appuyé sur le mur. Chacun de mes battements de coeur rapides battait dans mes oreilles comme si Mike Portnoy battait la merde de sa batterie juste à côté de moi. Ses mains ont sauté sur ma tête.
 
"Oui, Ashley. Prends cette chatte et fais-moi jouir sur toi", gémit-elle, poussant mon visage encore plus près de sa chatte.
 
Ma langue n'arrêtait pas de bouger de haut en bas, en progressions très fréquentes et agiles. Ses mains exerçaient une grande pression sur l'arrière de ma tête, puis toute ma langue entrait en jeu.
 
Ses mains ont saisi mes bras et m'ont ramené vers elle avec sa fente toujours dégagée par mes doigts. Elle a de nouveau posé ses lèvres sur les miennes et ses bras ont également tourné autour de moi. Nos lèvres sont restées ensemble pendant cinq minutes avant de se séparer.
 
"Fais-moi jouir à nouveau et nous en garderons tous deux le souvenir, ma douce et aimante belle-fille. Nous serons liées à jamais", dit-elle, tandis que nous nous fixions l'une l'autre.
 
Ses mains ont libéré mes bras et je me suis penchée vers son entrejambe. Ma langue s'est à nouveau glissée dans sa prise et ses mains ont suivi l'épreuve jusqu'à ma tête.
 
"Je vais réaliser ton souhait, espèce de pute masturbante", lui dis-je, en cherchant le fameux point G. "Je vais trouver ce point et te faire jouir, salope aux gros seins."
 
Son visage s'est abaissé jusqu'au sommet de ma tête et l'a présentée avec plusieurs baisers. Puis elle s'est penchée et ses mains sont arrivées sur mes fesses alors que ses seins rejoignaient mon dos.
 
Je conservais une position agréable compte tenu de la luxure qui s'était emparée de moi lors de mes deux observations voyeuristes. Ses mains délicates ont caressé mes douces fesses et le jus de son clitoris a continué à couler avec l'aide de ma langue.
 
"Vous vous rapprochez, alors continuez", gémissait-elle en s'éloignant.
 
Ma langue entière s'est évanouie dans sa chatte alors qu'elle venait d'aller le plus loin possible. Puis ses bras se sont enroulés autour de moi et m'ont maintenu en place. Son visage a rejoint le bas de mon dos juste au-dessus de mes fesses. Son souffle lourd s'est écoulé et a frappé mon dos.
 
"Oui, Ashley !" cria-t-elle, en s'agitant. "Chérissez ce moment !"
 
Du jus de dame s'est écoulé de sa fente avec ma langue encore enfermée. Tout mon visage et mes épaules ont été touchés, mais mes paupières m'ont empêché d'atteindre les yeux. Une grande partie est descendue sur ma poitrine et a coulé de mes seins.
 
"Oh, putain !" cria-t-elle, me lâchant et retombant sur le canapé.
 
Nous avons tous les deux gardé le silence pendant quelques minutes pour profiter de ce moment.
 
"C'était incroyable, Michelle. Tu es une sorte de femme."
 
Le sperme a séché sur mon visage et je suis monté sur elle. Nos lèvres se sont rencontrées brièvement, mais ma tête a retrouvé une place agréable et confortable sur ses nichons lorsque j'ai senti mes poumons se mettre sous respirateur artificiel. Ses bras se sont à nouveau enroulés autour de moi et nous avons tous les deux pris un peu de temps pour nous calmer.
 
Nous nous sommes blottis l'un contre l'autre et j'ai senti sa poitrine bouger à chaque fois qu'elle inspirait et expirait. Au bout de dix minutes, ma tête s'est détachée de ses seins. Mon visage souriant l'a regardée droit dans les yeux et a vu un visage souriant identique avec des lèvres non ouvertes.
 
"Comment s'est passée ta première expérience lesbienne, Ashley ?"
 
"J'ai adoré", ai-je dit, juste avant de laisser une empreinte de baiser sur son front.
 
"Moi aussi", a-t-elle avoué.
 
Notre séance de câlins s'est poursuivie sans qu'aucun mot ne soit prononcé. Après une heure de câlins, nous avions dépassé l'heure de trois heures. Je me suis penchée et mes pieds ont rejoint le sol. J'ai fait quelques pas et je me suis retournée. Mes yeux se sont tournés vers elle et ses yeux se sont tournés vers moi.
 
"Merde, tu avais raison. Je me suis battu contre toi, mais j'ai cédé et j'ai adoré. Maintenant, avec nos nouvelles attractions, tu voudrais refaire l'amour à un moment donné ?" Je lui ai demandé, en caressant ma cerise.
 
"Eh bien, tout ça va rester entre nous, n'est-ce pas ? Tu ne vas pas le dire à ton père, n'est-ce pas ?" demanda-t-elle, en versant quelques larmes.
 
Mes mains se sont accrochées à mes hanches et mes sourcils ont dérivé vers le sud. "Je suis désolée de ce qui est arrivé à "Tu n'es que ma belle-fille et je peux baiser qui je veux". Tu m'as dit ça, n'est-ce pas ? Tu m'as dit de me laisser aller et de céder à mes désirs, Michelle."
 
Puis ses pieds ont touché le sol et ses bras se sont levés. L'un s'est envolé en l'air et l'autre s'est attaché à sa bouche. D'autres larmes ont coulé de ses yeux et ses pieds ont commencé à faire les cent pas.
 
Ses yeux humides ont sauté vers moi. "Tu ne peux pas le dire à ton père !" cria-t-elle en tapant des pieds.
 
Mon rythme cardiaque s'est accéléré et mes nerfs ont été touchés, car mes bras couvraient mes seins.
 
"Ok, tu n'as pas besoin de crier, Michelle. Tu me fais peur maintenant", ai-je dit, en reculant et en laissant des gouttes de larmes tomber par terre.
 
Elle s'est précipitée vers moi et a saisi mes bras. "Je sais ce que j'ai dit avant, mais si tu lui dis, je vous perdrai tous les deux. Je ne vais pas vous perdre, vous comprenez ? Je n'ai pas d'autres amis du tout et maintenant je veux que nous soyons amis. Je t'aime de tout mon coeur et je n'ai pas l'intention de te perdre un jour, Ashley. Tu es comme la fille que je n'ai jamais eue et tu as toujours été tout pour moi, même si l'opinion que tu as de moi a été tellement entachée. C'est pourquoi pas un mot de cette nuit n'arrivera jamais aux oreilles de ton père."
 
"Michelle, tu me fais vraiment peur, s'il te plaît, arrête", dit-elle en vibrant et en versant d'autres larmes.
 
Ses mains ont libéré mes bras, mais elle m'a immédiatement serrée dans ses bras. Je n'ai pas su quoi dire, je l'ai juste laissée me serrer dans ses bras et mes bras l'ont entourée aussi. Après quelques minutes inconfortables, nos bras se sont lâchés. Je n'ai reculé que de quelques centimètres et j'ai vu de nombreuses larmes recouvrir son visage.
 
"Ashley, j'adorerais te revoir, je n'ai littéralement jamais eu de telles relations auparavant. Serais-tu vraiment intéressée de me revoir ?"
 
Avec un coeur qui battait et une chatte mouillée, mes pieds se pavanaient à nouveau vers elle.
 
Ma main droite rencontrait sa joue gauche. "Oui, je le ferais, parce que je t'aime aussi, Michelle. Tu es plus qu'une belle-mère pour moi maintenant, tu es une amie considérable, je te le promets. Tu avais raison, ce que nous avons fait était une chose merveilleuse. Tu n'es certainement pas une salope, mais une femme merveilleuse."
 
Sa tête était tournée vers le bas avec un sourire renaissant, mes mains ont rencontré ses seins et nos yeux se sont retrouvés.
 
Ses mains ont aussi sauté sur mes seins. "Tu sens que ton père ne reviendra pas avant quelques jours, tu veux bien dormir avec moi jusqu'à son retour ?" se demandait-elle.
 
"Tu promets de ne pas lui dire combien j'étais en retard ce soir ?"
 
Nous avons tous les deux libéré les seins de l'autre. "L'amour voyage dans les deux sens, alors allons-y."
 
Nos pieds se sont promenés jusqu'à l'entrée, ont éteint la lumière, puis nous avons erré jusqu'à sa chambre. Nous sommes entrés, nous avons laissé nos mains et elle a fermé la porte. Alors que je me tenais devant le lit, le dos tourné, elle s'est placée juste devant moi.
 
Ses mains ont atterri sur mes épaules. "Ashley ?" me demanda-t-elle en me regardant fixement.
 
"Oui ?"
 
"Je t'aimerai toujours", dit-elle en me poussant sur le lit.
 
Elle a grimpé sur le lit avec moi et m'a fait sentir comme une toute nouvelle femme encore et encore jusqu'à ce que le soleil se lève. Maintenant, quand mon père n'est pas en ville, elle me laisse rester dehors aussi longtemps que je le veux et nous nous assurons également de passer un bon moment entre belle-fille et belle-mère.
Publié dans Histoire porno le février 12 2021 at 10:58

Commentaires (0)

Pas d\'identifiant